• Accueil
  • Actualités
  • Le Conseil des femmes demande au gouvernement plus d’information sur le Plan pour les familles

Le Conseil des femmes demande au gouvernement plus d’information sur le Plan pour les familles

Le Conseil des femmes demande au gouvernement plus d’information sur le Plan pour les familles

Le Conseil des femmes du Nouveau-Brunswick recommande au gouvernement d’étoffer certaines des mesures duPlan pour les familles du Nouveau-Brunswickdestinées à faire progresser l’égalité des femmes. Le Conseil recommande aussi au gouvernement que l’engagement de son plan à accroître la prestation de services de santé et de soins aux aînés du Nouveau-Brunswick à domicile et dans la collectivité doit tenir compte des difficiles conditions de travail auxquelles font face les fournisseurs de soins professionnels.

Le Plan pour les familles du Nouveau-Brunswick comprend sept piliers, l’un d’entre eux visant à faire progresser l’égalité des femmes. Chaque pilier a des buts et des mesures axés sur un domaine d’intervention.

 

« Le pilier de l’égalité des femmes repose en grande partie sur des mesures qui ont déjà été mises en oeuvre », affirme Jody Dallaire, coprésidente du Conseil. « Plusieurs de ces mesures sont positives, mais, si ce plan doit tracer la voie à suivre, il doit comprendre d’autres objectifs de travail ainsi que des critères précis qui permettront d’évaluer si ces objectifs ont été atteints ainsi que les délais dans lesquels ils devront l’être. »

 

Le Conseil a avisé le gouvernement qu’un nombre de recommandations dans ce pilier devront être élaborées et contenir plus d’information. Entre autre, inciter l’équité salariale dans le secteur privé et faciliter l’accès à des services de garde d’enfants abordables et de qualité.

« L’équité salariale dans le secteur privé et l’accès à des services d’apprentissage et de garde d’enfants abordables et de haute qualité sont deux questions réelles des droits de la personne qui exigent la collaboration d’intervenants ne relevant pas du gouvernement », poursuit Jody Dallaire. « Pour que de réels progrès soient accomplis à l’égard de ces questions, il faudra que le gouvernement s’engage sérieusement à les régler au-delà des solutions provisoires et des correctifs ponctuels. »

 

Le Conseil a également avisé le gouvernement au sujet de leur plan de favoriser la prestation de soins de santé et de services aux aînés à domicile et dans la collectivité plutôt que dans des institutions. À moins de trouver des solutions à la faible rémunération et aux conditions de travail précaires de ces personnes, ce changement aura des conséquences négatives sur l’effectif de ce secteur qui se compose principalement de femmes.

 

« Les besoins en main-d’oeuvre vont en augmentant dans ce secteur et les fournisseurs de services devront de plus en plus effectuer leur travail à l’extérieur des institutions capables de leur offrir des avantages sociaux et des mesures de protection », selon Jewell Mitchell, également coprésidente du Conseil. « Dans l’élaboration de ce plan, le gouvernement doit prendre les mesures nécessaires pour assurer le bien-être des clients ainsi que des fournisseurs de soins. »

 

Le Conseil des femmes du Nouveau-Brunswick est un organisme consultatif public indépendant, voué à la question de l’égalité des femmes.